Kristoff double la mise !

  juillet 21st, 2014 | 10:32 | Onlineredaktion

Alexander Kristoff / (c) TDWsport.com
Trois jours après sa toute première d’étape sur le Tour de France, notre sprinteur norvégien Alexander Kristoff s’est à nouveau illustré en rattrapant l’échappée du jour dans les derniers mètres pour s’offrir en toute beauté son deuxième succès sur le Tour de France 2014. Sa puissance phénoménale dans les 150 derniers mètres est la preuve, non seulement de son talent, mais aussi de l’efficacité du nouvel Aeroad CF SLX, rigide, maniable et aérodynamique.

L’issue de cette étape vers Nîmes n’a été décidée que lorsque Jack Bauer et Martin Elmiger ont été rattrapés dans les derniers mètres, alors qu’ils menaient la course depuis quasiment 200km. « C’était chaud, très chaud…» a soufflé Kristoff à l’arrivée. « L’échappée était très forte mais avec mes équipiers Spilak, Smukulis et Paolini, nous les avons rejoints juste avant l’arrivée et j’ai réussi à concrétiser le sprint par une fantastique victoire ! »
Pro bike check – Le nouvel Aeroad CF SLX d’Alexander Kristoff

Alexander Kristoff / (c) TDWsport.com

Kristoff plus frais que Kittel et Greipel

Les deux étapes précédentes dans les Alpes ont bien fatigué Kristoff, mais il a trouvé assez d’énergie pour s’imposer dans le final au nez et à la barbe de Peter Sagan, Marcel Kittel et Andre Greipel, les cadors du sprint.

Kristoff admet que « comparé à eux je ne suis pas un sprinteur très rapide, et durant l’étape ils ne m’ont pas donné l’impression d’être fatigués, mais ma victoire laisse penser qu’ils accusent encore les efforts fournis lors des étapes alpines ».

Joaquim Rodriguez / (c) TDWsport.com

Purito toujours roi de la montagne

Autre bonne nouvelle pour l’équipe Katusha et Canyon, Joaquim « Purito » Rodriguez reste maillot à pois, synonyme de meilleur grimpeur. Il n’y avait pas de points particuliers à récolter lors de l’étape vers Nîmes mais elle n’a pas été de tout repos pour l’espagnol. « Ce n’était absolument pas une étape pour moi : plate, venteuse, humide… j’ai failli y passer à cause d’une chute dans le peloton. Je suis content que tout cela soit fini. On va profiter du jour de repos et ensuite mardi, direction les Pyrénées ! »

Pour suivre les toutes dernières actualités et photos de nos équipes sur le Tour rendez-vous sur :
Facebook
Twitter
Google+
Instagram

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

MADE FOR WINNERS : Le sprint de Kristoff pour la victoire d’étape sur le Tour de France

  juillet 18th, 2014 | 10:21 | Onlineredaktion

Alexander Kristoff / (c) TDWsport.com
Alexander Kristoff, coureur de notre équipe Katusha, a remporté sa première victoire d’étape sur le Tour de France au guidon du tout nouvel Aeroad CF SLX . Le sprinteur norvégien était tout simplement le meilleur du peloton lors de la 12ème étape entre Bourg-en-Bresse et Saint-Etienne. C’est la première victoire d’étape pour Katusha sur ce Tour de France 2014.

Vignoble et macadam fondant

C’est sous un soleil de plomb que s’est déroulée cette étape vallonnée, à travers les vignobles beaujolais, elle a été particulièrement difficile pour les coureurs. Un peloton réduit à 60 unités est arrivé dans les rues de Saint-Etienne. Kristoff a lancé son sprint assez loin de la ligne d’arrivée en se plaçant dans la roue de Matteo Trentin, le coureur d’Oméga Pharma.

Alexander Kristoff / (c) TDWsport.com

Le norvégien laisse Peter Sagan à une longueur derrière lui et offre à Canyon la première victoire professionnelle au guidon du nouvel Aeroad CF SLX.

Alexander Kristoff / (c) Canyon

Un rêve d’enfance devenu réalité

Le vainqueur de l’édition 2014 de Milan-San Rémo a déjà terminé deux fois deuxième sur ce Tour de France. Il confirme qu’il est bien l’un des sprinteurs les plus polyvalents du peloton car il sait aussi rester aux avant-postes sur des routes plus difficiles.

Kristoff était enthousiasmé par sa performance : « C’est une émotion incroyable, j’en rêvais depuis tout petit. »

Le directeur sportif, Torsten Schmidt, était très satisfait que la stratégie mise en place au sein de l’équipe ait été menée à bien : « On croit en lui, on lui a donné tout notre soutien, tout s’est déroulé comme prévu ».

La menace de la haute montagne

Après avoir dompté les Vosges et le Jura, le peloton s’élance aujourd’hui dans les Alpes, avec une arrivée au sommet d’un col Hors Catégorie à Chamrousse. Le capitaine de l’équipe Joaquim « Purito » Rodriguez cherchera à prolonger son règne en montagne en conservant son maillot à pois. Avec des équipiers en forme comme Simon Špilak et Yuri Trofimov, le plan de Katusha est toujours en marche, ils devraient pouvoir grossir leur butin…

Joaquim Rodriguez / (c) TDWsport.com

Pour suivre les toutes dernières actualités et photos de nos équipes sur le Tour rendez-vous sur :
Facebook
Twitter
Google+
Instagram

The new Aeroad CF SLX: MADE FOR RACING

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

The Strive Diaries: Entry 4 – Enduro Quattro Stagioni

  juillet 15th, 2014 | 14:38 | Canyon Onlineredaktion

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller
La beauté de l’Enduro réside dans le fait qu’il y a une multitude de facteurs qui jouent sur le résultat final. Premièrement, il y a le type de terrain sur lequel la course se déroule, chaque rider à sa spécialité et ses points faibles. Puis, deuxièmement, l’état de forme du rider : est-il assez affuté, est-il bien préparé mentalement ? Ensuite, troisièmement, le fonctionnement du vélo : arriver à trouver les réglages parfaits pour une course peut être une forme d’art. Et enfin… la météo. Ce facteur est tellement important qu’il peut impacter sur tous les autres cités précédemment.

Perchée dans les hauteurs de la vallée d’Aoste et marquée par l’imposante présence du Mont Blanc, La Thuile nous a offert toutes les conditions météorologiques possibles et imaginables. Quatre saisons en un jour… cela a été pour nous les conditions les plus dures de nos aventures sur le circuit des Enduro World Series.

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

C’était la première fois que La Thuile organisait une course de telle envergure, mais le comité d’accueil d’enfer que nous avons eu nous laissait à penser qu’ils faisaient ça depuis des années. Nous avions devant nous deux jours de course, 3 spéciales par jour avec des liaisons tantôt à la pédale, tantôt avec des remontées mécaniques. Les trails étaient un mix de prairies alpines rocailleuses exposées aux vents et de réseaux de singletracks fluides qui ont été imprimés par des mineurs il y a des siècles. Il y en avait pour tous les goûts.

Le matin du premier jour de reconnaissances, nous nous sommes réveillés avec des températures négatives, vents forts et pluie/grêle battante… ce n’était pas vraiment ce à quoi nous nous s’attendions de la part d’un été italien. Mais il faut se préparer à toutes les conditions si l’on veut aller rouler dans les hautes montagnes…

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

La première spéciale de 10km de long a été particulièrement rude, avec le départ donné à 2600 mètres d’altitude, la météo était très changeante et la visibilité était très aléatoire par moment. Sur le papier ce n’est pas le genre de spéciales qui conviennent à Joe, mais en signant le 4ème temps de la première spéciale le message était clair, il n’était pas là pour cueillir des pâquerettes ! Continuant à un rythme diabolique Joe fini la première journée à la 5ème place provisoire. Le podium était en vue pour le lendemain.
Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Inès, imperméable aux conditions météorologiques douteuses, s’est placée à la 4ème place provisoire à l’issue de la première journée.

« Pour les femmes, la météo n’a pas été si mauvaise, il faisait presque assez chaud pour enlever une couche lors des liaisons ! Bon… on n’y voyait rien au sommet mais après quelques minutes de ride à l’aveugle ça allait mieux. Je finis 4ème après la première spéciale donc je vais essayer de garder cette dynamique. »

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Le second jour n’a pas été de tout repos. Une grosse pluie de printemps s’est abattue sur les montagnes (tu parles d’un été !). La spéciale 4 nous a rincé. Les spéciales 5 et 6 étaient heureusement plus abritées dans les bois sur le bas de la montagne. Nous avons bénéficié de remontées pour toutes les liaisons pour les spéciales de dimanche. Joe s’est démené comme un beau diable et gagne la deuxième spéciale de la saison. 10 secondes d’avance sur ses poursuivants lors de la spéciale 4… Cela a permis à Joe de se faire une place sur le podium. Cette année les écarts sont vraiment minimes, au final il ne sera qu’à 4.5 secondes du vainqueur.

« J’ai attaqué dès le début de la spéciale 4 dimanche. Je signe ma deuxième victoire en spéciale de la saison. Je suis arrivé à la dernière spéciale avec une deuxième place au provisoire mais j’ai faire mon moins bon run du week end lors de la spéciale 6. Je finis 6ème de cette spéciale là. Mais j’ai réussi à garder une bonne constance tout au long de la course. Je suis vraiment content que cela paye et que je fasse à un nouveau un podium ! »

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Inès a tout donné de façon à garder sa 5ème place. A la suite de sa superbe victoire lors des European Enduro Series, Ludo n’a pas réussi à garder le rythme. Il finit néanmoins à une belle 21ème place.

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Juste au moment de faire la cérémonie protocolaire du podium les nuages se sont écartés et le soleil est apparu. Une jolie façon de boucler ce beau week-end pour le Canyon Factory Enduro Team. C’est l’heure de retourner aux quartiers généraux à Koblenz pour refaire les stocks et refaire rapidement les bagages pour ensuite voler jusqu’aux Etats Unis dans le Colorado et au Canada à Whistler.

Ne manquez pas le prochain volet de nos aventures qui vous viendront tout droit de Winter Park dans l’Ouest sauvage des Etats-Unis !

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

Notre grimpeur Purito s’empare du maillot à pois

  juillet 15th, 2014 | 9:31 | Onlineredaktion

Joaquim Rodriguez / (c) TDWsport.com
Avec 7 cols catégorisés sur 160 km de course, l’étape 10 entre Mulhouse et la Planche des Belles Filles ressemblait plus à des montagnes russes qu’à une course cycliste. C’étaient les conditions parfaites pour Joaquim “Purito” Rodríguez qui a lancé son assaut pour décrocher le KOM du Tour !

Dès le départ le capitaine de la formation Katusha a attaqué pour récolter en tout 40 points lors de l’étape au guidon de Aeroad CF SLX. Impressionnant !

Joaquim Rodriguez / (c) TDWsport.com

Il manque de peu la victoire d’étape mais il était vraiment heureux de revêtir le maillot à pois rouges.

« Mon objectif principal de la journée était de ravir le maillot du meilleur grimpeur, c’est pourquoi je me suis échappé. Cela aurait été encore mieux de gagner l’étape, mais cela a été une dure journée, je voyais bien que le groupe du maillot jaune ne nous laissait pas de chance et ne restait pas loin derrière. »
Canyon Pro Sports

Alejandro Valverde / (c) TDWsport.com

Valverde en course

Movistar a travaillé sans relâche pour placer son leader Alejandro Valverde dans la difficile montée finale et a savouré sa recompense quand l’espagnol a franchi la ligne en troisième position, le propulsant à la 3e place au general par la même occasion !

Les crashs ont aussi marqué cette étape et le peloton a été amputé de grands favoris comme Chris Froome et Alberto Contador, les chances de Valverde de terminer sur le Podium à Paris n’en sont que plus grandes à présent.

Suivez nous sur les réseaux sociaux pour être sûr de tout savoir :
Facebook
Twitter
Google+
Instagram

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

Canyon sur le Tour de France

  juillet 14th, 2014 | 13:02 | Onlineredaktion

Alejandro Valverde / (c) TDWsport.com
La deuxième semaine de la compétition est déjà entamée, les coureurs se dirigent vers les Alpes. Les favoris commencent à montrer leurs atouts et Canyon sera là pour vous donner les dernières infos et des photos exclusives de la course.

Notre envoyé spécial, Robert, suivra la course de l’intérieur et vous fera vivre le quotidien des équipes Movistar et Katusha. Est-ce que Joaquim « Purito » Rodriguez sera en mesure de conserver son maillot à pois ? Est-ce que Alejandro Valverde va continuer son ascension dans le classement général ? Qu’il y a-t-il à découvrir sur le tout nouveau Aeroad CF SLX ? Suivez nous sur les réseaux sociaux pour être sûr de tout savoir :

Facebook
Twitter
Google+
Instagram

Joaquim Rodríguez / (c) TDWsport.com

Nous avons aussi des petits cadeaux pour les fans de Canyon au bord de la route. Repérez bien la Skoda noire aux couleurs de Canyon et attrapez des bidons, des musettes, des autocollants, des offres spéciales et des bracelets aux couleurs de Canyon.

Venez voir le Tour et encouragez avec nous les équipes Katusha et Movistar !

Joaquim Rodríguez / (c) TDWsport.com

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

Strive diaries : Episode 3 – Sauce alpine piquante

  juin 25th, 2014 | 12:07 | Canyon Onlineredaktion

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller
Après une étape en Ecosse où Joe a brillé sur ses terres en signant son tout premier podium, cette semaine a été une autre sorte de retour aux sources. La France est et restera la nation de l’Enduro. Avec une telle dynamique autour de ce sport c’est facile de comprendre pourquoi les meilleurs pilotes d’Enduro sont français. La station de Valloire, dans les hauteurs alpines au pied du légendaire col du Galibier, a accueilli depuis une décennie nombre de courses d’enduro. Elle est enfin reconnue comme référence grâce à cette manche de l’Enduro World Series (EWS) et nous, nous allions découvrir en quoi Valloire est une référence.

Après avoir surfé le sable chilien et glissé sur les racines écossaises, nous sommes revenus à un mode plus classique : remontées mécaniques, hautes altitudes alpines et lignes très rapides. La course à Valloire était un mix de pierriers raides & techniques et de prairies vastes. Au final, nous avons fait plus de dénivelé négatif que sur l’ensemble de la coupe du monde de DH en une saison.

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Les compétitions en France sont connues pour être très strictes, Valloire ne s’est pas dérogé à la règle. Le tracé des spéciales est resté secret jusqu’au soir du jeudi précédent la course, cela a rendu la tâche plus dure pour les pilotes. Avec un temps très limité pour découvrir les spéciales, connaître le terrain par cœur n’était pas possible, nous n’avions droit qu’à un jour de reconnaissance à pied et une descente à vélo pour découvrir. Donc s’élancer lors de la compétition pour des spéciales de 20min était véritablement un saut dans l’inconnu.

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Ines à propos du premier jour :
« C’est un vrai style alpin, super raide, épingles serrées dès le départ et portions ultra-rapides dans les prés avec des gros blocs de granit partout. Être concentré à 100% en permanence et accepter de lâcher les freins sont des éléments clés pour aller vite ici. »

Comment vous décrire ce premier jour ? C’était sauvage. Mais c’est ce à quoi nous nous attendions, nous faisons de l’Enduro ! Chutes, casses, crevaisons et autres problèmes mécaniques ont eu raison des meilleurs. Finir pilote et vélo en entier était un exploit en soit. Heureusement Joe, Ludo et Ines ont fait des bons choix de lignes et ont limité la casse. Ils se placent dans le top 10 et cela leur permet d’attaquer le second jour sereinement.

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Nos mécaniciens ont dû travailler tard le soir pour préparer nos vélos pour dimanche, mais malgré une machine réglée aux petits oignons le terrain est toujours le plus fort. Ines est allée au sol assez brutalement sur l’une des nombreuses sections rocailleuses sur la première spéciale dimanche matin. Ceci l’écarta du podium… un coup de malchance. Mais des fois tout ne se déroule pas comme prévu.

Joe et Ludo, de leur côté, ont vite trouvé le rythme et ont réussi de belles spéciales. Les garçons ont tout donné et cela s’est soldé par une belle 10ème place au final pour Joe et une 16ème place pour Ludo. De beaux résultats sur un terrain qui ne reflétait pas leur style de pilotage.

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Joe après la course : « Venir disputer une compétition en France apporte son lot de surprise. On ne connait pas le format de la course, on ne connait pas les spéciales… Mais ça s’est bien passé pour moi, je me suis amusé. J’ai réussi à aller de plus en plus vite de spéciale en spéciale et je me sens chanceux de faire un autre top-10 »

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Après avoir dévalé les pentes de Valloire, nous nous offrons une période plus calme. Nous allons laisser nos cuisses tranquilles et reposer nos bras. Et dans trois petites semaines nous passerons la frontière en Italie pour la 4ème manche à La Thuile !

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

L’équipe Movistar domine la Route du Sud !

  juin 23rd, 2014 | 11:40 | Onlineredaktion

Jesus Herrada takes stage one of Route du Sud 2014 / (c) Maxime Lafage
La semaine dernière la formation Movistar a fait parler de son talent lors de la Route du Sud. Deux victoires d’étapes, deux autres podiums et une deuxième place au classement général pour Alejandro Valverde, voilà le résultat de cette campagne fructueuse dans les Pyrénées françaises.

La première étape a fini au sommet de Sainte Marie-de-Campan à 1106m d’altitude. Le champion espagnol Jesus Herrada a dominé les débats dans la montée finale avec son Ultimate CF SLX et s’empare de la victoire d’étape, sa première victoire en cette saison 2014. Pendant ce temps-là Valverde mène le peloton à la ligne d’arrivée et se place deuxième. La victoire d’Herrada est aussi la 100ème de Movistar, une marque de reconnaissance pour cette formation espagnole.

Alejandro Valverde leading the peloton / (c) Maxime Lafage

Préparatifs pour le Tour de France

Bien qu’elle soit courte de 3 jours, la Route du Sud est une étape importante en vue du Tour de France qui approche à grand pas. La deuxième étape comptait parmi les montées les plus célèbres de la Grand Boucle : le Tourmalet et le Col d’Aspin. Valverde qui a fini 3ème de cette deuxième étape nous prouve son état de forme.

Adriano Malori a conclu la course avec une magnifique victoire d’étape à Castres lors du troisième jour avec une attaque en solitaire de 20km. L’italien a surpris les sprinteurs du peloton et a franchi la ligne d’arrivée avec 5 secondes d’avance sur ses poursuivants. Ceci est la 19ème victoire de Movistar en cette saison.

Avec une telle démonstration de force, les affaires s’annoncent bonnes pour l’équipe d’Eusebio Unzué en vue de la plus grosse échéance de l’année : le Tour de France. Valverde est visiblement très en forme et va s’aligner pour la 7ème fois le 5 juillet prochain. Il est l’un des favoris les plus attendus.

Canyon Pro Sports

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

Strive Diaries : Episode 2 – Enduro à la maison

  juin 4th, 2014 | 15:48 | Canyon Onlineredaktion
Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Bien que ce soit la deuxième saison du circuit Enduro World Series (EWS) nous avons eu l’impression de vivre une expérience complètement nouvelle. C’était notre première grosse échéance sans Fabien. Le corset pour sa colonne l’empêchait de venir avec nous, Fab nous a encouragés depuis Nice où il est en convalescence.

L’Ecosse était une grande première pour les EWS et l’excitation était d’autant plus belle qu’on courrait sur les terres de notre Top Chief Joe Barnes. Quiconque qui a déjà couru à la maison devant ses supporters sait que cela peut faire pousser ses ailes. Joe ne s’est pas dérogé à la règle. Ayant grandi sur les trails écossais il savait à quoi s’attendre. Il y avait fort à parier sur lui pour la course.

Nous avions dans nos valises toute la panoplie pour la douche écossaise, nous avons été un peu déçus car le temps n’a pas été aussi capricieux que ce que nous avions prévu. À part les entrainements de jeudi -qui eux ont été dantesques- le soleil a brillé pendant tout le reste du week-end… à la surprise de tous ! Le bain de boue du jeudi a laissé place à des trails relativement secs truffés de racines, de sections sinueuses très (trop) proches des arbres et de section très raides. S’ajoute à cela plus de 100km de distance parcourue pour la course et 3000m de dénivelé positif sur deux jours… la deuxième manche des EWS n’était pas de la rigolade !

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Joe, le local, manque de peu la première place à l’issue de la première journée, il se place second et derrière lui les grosses pointures se bousculaient. Impossible de savoir qui était LE favori. Ludo a bataillé pour le premier jour et se retrouve un peu en retrait dans la masse.

Ines après le premier jour :
« C’est brutal, surtout les longues sections de pédalage. Tu perds beaucoup d’énergie et après il faut tout de suite enchainer avec des grosses marches en slalomant entre les arbres tout en évitant les racines – bref ça m’a lessivé ! »

Après quelques heures de sommeil réparateur, c’était parti pour la seconde journée avec un départ matinal à 8h30 en direction du fameux Glentress Trail Centre. Ines a réussi à conserver sa 5ème place malgré le fait que les spéciales étaient plates et intensives en termes de pédalage. Malheureusement Ludo n’a jamais réussi à trouver son rythme dans ces bois sombres, il termine 34ème.

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Avec la plaque numéro 10, Joe est placé idéalement pour le départ. La dernière spéciale s’est jouée entre Nico Lau et Joe. On entendait la foule dans les bois qui encourageait Joe qui était à la poursuite de la moindre seconde. Stimulé par la foule et les amis « Top Chief » arrache une troisième place historique pour nous et pour les britanniques –c’est le premier homme britannique à signer un podium en EWS !

Joe à propos du second jour :
« Au début du second jour de course je sentais que j’accusais un peu de fatigue du premier jour, mais après avoir parfaitement négocié un virage je me suis re-motivé ! C’est à ces moments-là, où tu sens que tout va bien, tu as un rush d’adrénaline et ta motivation remonte en flèche. Et j’ai réussi à conserver la pêche de ce moment-clé pour toute la journée. Ça me rend vraiment heureux ! »

Les organisateurs des EWS sont doués pour trouver les bons endroits, à l’image du Chili, l’Ecosse regorge de beaux paysages, les locaux sont accueillants, la scène locale n’est pas en reste, les trails sont sympathiques et même la météo étaient superbe ! Tout le monde a passé un bon moment en Ecosse.

Canyon Bicycles / Jérémie Reuiller

Joe à chaud après la course :
« C’était trop bon d’avoir tous les fans écossais qui mettaient l’ambiance, je me sentais à la maison. Je suis donc très content de ma 3ème place ».

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

Victoire historique pour Quintana et Canyon sur le Giro d’Italie

  juin 2nd, 2014 | 15:51 | Canyon Onlineredaktion
Nairo Quintana / (c) TDWsport.com

C’est habillé en rose de la tête aux pieds et avec un Ultimate CF SLX décoré pour l’occasion, que Nairo Quintana a franchi la ligne d’arrivée de la dernière étape de ce Giro d’Italie 2014. Ceci marque la victoire historique de Movistar, de la Colombie et de Canyon sur le Grand Tour.

Le graal Ultim-ate pour Canyon, enfin !

Après un titre de champion du monde, de multiples victoires d’étapes sur le Grand Tour, six victoires sur les Classiques et bien d’autres victoires et podiums, le seul résultat qu’il manquait à Canyon était le classement général sur un Grand Tour, mais ça…c’était avant.

Nairo Quintana / (c) TDWsport.com

Le succès de la formation Movistar et de Nairo Quintana sur ce Giro d’Italie est un moment fort pour l’histoire de Canyon. Ces trois dernières semaines l’équipe Movistar a prouvé qu’avec des montures comme l’Ultimate CF SLX, l’Aeroad CF et le Speedmax CF, elle est sans l’ombre d’un doute l’une des formations la mieux préparée et la mieux équipée de l’UCI WorldTour.

Nairo Quintana / (c) TDWsport.com

Un Giro magnifique et terrible

De Belfast à Trieste, la bataille pour le maillot rose s’est déroulée sur 21 étapes brutales et éprouvantes, les coureurs n’ont pas vu la vie en rose. Ils sont passés des routes côtières battues par le vent le long de la mer d’Irlande, à la douche écossaise dans le sud de l’Italie, aux averses de grêle monstrueuses et aux routes de montagne sinueuses, entre neige et blizzard. Performer dans des conditions aussi dantesques a été une problématique pour plus d’un coureur.

Giro d'Italia / (c) TDWsport.com

Les chutes ont joué un rôle déterminant car nombre de favoris ont été victimes des routes italiennes rendues glissantes par la pluie. Le travail d’équipe, une concentration à 100%, de la tactique et un zeste de chance étaient essentiels pour rester dans la course.

Ajoutez-y une semaine finale avec les cols les plus réputés et redoutés d’Italie, les Gavia Stelvio et Zoncolon, vous avez là tous les ingrédients pour la course la plus dure des Grand Tours de ces dernières années. Le Giro 2014 a marqué les esprits.

Stage 16 / (c) TDWsport.com

Solidarité et persévérance, la clé du succès pour Movistar

Aucun cycliste n’est immunisé contre les aléas de la course. Quintana lui-même s’est retrouvé pris dans les chutes collectives des premières étapes, causant de belles frayeurs à son équipe : « On craignait vraiment que Nairo ne se rétablisse pas à 100% » expliquait le manager Eusebio Unzué. De plus le colombien souffrait d’une infection pulmonaire et d’une allergie durant les deux premières semaines, signifiant qu’il n’était pas à 100% de ses capacités.

Nairo Quintana / (c) TDWsport.com

Mais la persévérance paye toujours. L’équipe a tracé sa route jusqu’à la troisième semaine pour offrir à Quintana ce pour quoi il est fait : la haute montagne. Sa victoire lors de la 16ème étape à Val Martello et celle du contre-la-montre individuel en montagne sur l’étape 19 a confirmé ce que l’on savait déjà : il est un des meilleurs grimpeur de sa génération.

Movistar Team / (c) TDWsport.com

La victoire finale n’aurait pas été possible sans l’aide de toute l’équipe Movistar. Les jalons de ce succès ont été posés dès la première étape lors du contre-la-montre par équipe à Belfast. En plaine ou dans les hauts-cols Quintana n’était pas seul, ses équipiers étaient toujours là pour l’aider à se préserver. Sur 21 équipes, Movistar a été la seule à arriver à Trieste avec 9 coureurs, c’est à dire l’ensemble de la formation.

Movistar Team / (c) TDWsport.com

Le meilleur vélo pour le meilleur coureur

Chez Canyon, nous pouvons être fiers de tout le travail accompli en partenariat avec les sportifs professionnels afin de développer et de perfectionner nos produits. C’est le résultat direct de toutes les heures passées à tester nos vélos, en collaboration avec les meilleurs cyclistes au monde. Ces efforts nous permettent de concevoir, ce que nous pensons être, les meilleurs vélos au monde. La victoire de Nairo Quintana sur le Giro d’Italie sert à prouver notre conviction.

Ultimate CF SLX / (c) TDWsport.com

Bravo à toute l’équipe Movistar et à Nairo Quintana pour cette victoire sur le Giro d’Italie 2014 !

L’escadron gagnant : Nairo Quintana (Col), Andrey Amador (Crc), Igor Anton (Spa), Eros Capecchi (Ita), Jonathan Castroviejo (Spa), José Herrada (Spa), Gorka Izagirre (Spa), Francisco Ventoso (Spa), Adriano Malori (Ita)

Canyon ProSports

Sag uns Deine Meinung

Kommentare

La démonstration de Quintana pour ravir le maillot rose.

  mai 28th, 2014 | 12:03 | Canyon Onlineredaktion
Quintana in Pink / (c) TDWsport.com

Nairo Quintana de l’équipe Movistar a pris une sérieuse option pour la victoire au classement général du Giro 2014 avec une spectaculaire attaque dans les Alpes pour prendre la tête au guidon de son Ultimate CF SLX.

Le film de l’étape

Nous savions d’emblée que l’étape 16 allait être explosive : courte de 139km mais parsemée de 3 hauts cols dont les légendaires Gavia et Stelvio. Ajoutez-y une météo dantesque qui a obligé le peloton à courir sous la neige en altitude et dans le brouillard, vous avez la recette classique d’une étape du Giro.

Stage 16 / (c) TDWsport.com

Le colombien a creusé l’écart avant d’attaquer la montée finale et a réussi à conserver son avantage jusqu’au sommet et pour distancier Ryder Hesjedal de la formation Garmin-Sharp dans le dernier lacet avant de franchir la ligne d’arrivée. Pendant ce temps-là ses principaux rivaux luttaient encore pour combler le retard. Rigoberto Uran n’a pas réussi à revenir et cède son maillot rose.

Nairo Quintana / (c) TDWsport.com

C’est un Quintana enchanté que nous avons retrouvé à l’arrivée, il était très reconnaissant envers ses équipiers et ravi de sa performance : « Cela me redonne confiance et confirme le fait que je suis capable de faire de grandes choses aujourd’hui comme dans le futur. Je dédie cela à mon équipe. Je leur dois tout. »

Les challenges qui restent à venir…

Pour en arriver jusque-là dans cette course Quintana a dû se battre, il a couru avec une infection pulmonaire et avait un traitement d’antibiotiques. Mais cela est maintenant fini et la dernière semaine du Giro est faite pour les purs grimpeurs.

Après une nouvelle arrivée au sommet d’un col de première catégorie jeudi, vendredi nous réserve des surprises avec le contre-la-montre individuel. Le principe ? 26 km de montée… les coureurs ont littéralement une montagne à gravir.

Stage 19 / Photo: RCS Sport

Et comme si cela ne suffisait pas à départager les candidats au maillot rose, le dernier coup d’éclat se fera lors de la 20ème étape le 31 mai sur les pentes du Monte Zoncolon. Ce sera l’apothéose de ce Giro, avec une foule compacte de « tifosi » et des cyclistes grimaçants sur des pentes à 20%.

Stage 20 / (c) RCS Sport

C’est à cette issue que nous saurons vraiment qui remportera le maillot rose du Giro d’Italie 2014.

Canyon Pro Sports

Sag uns Deine Meinung

Kommentare