Interview de Fast Phil – actuellement en tête du classement UCI

Après ses quatre succès consécutifs remportés en Avril lors des grandes classiques, le coureur de l’équipe Omega Pharma-Lotto Philippe Gilbert est actuellement en tête du classement UCI World Tour. L’arme choisit par Fast Phil est l’Aeroad CF 9.0 de l’équipe Omega Pharma-Lotto. Après une petite trêve, Phil sera de retour lors du Tour de Belgique en juin prochain. Canyon a récemment pu s’entretenir avec lui à son domicile à Monaco.

Canyon: Michael Rich vous a amené le nouveau cadre de l’Aeroad CF juste avant Liège-Bastogne-Liège avec une sérigraphie spécifique. Qu’en avez-vous pensé?
Philippe Gilbert: Oui, je l’aime beaucoup; j’apprécie le fait que Canyon est souhaité réaliser quelque chose de spécifique pour moi. J’aime bien avoir quelque chose de différents des italiens qui ont des animaux un peu partout ou des trucs dans ce genre. Je ne suis pas italien donc ça ne prend pas avec moi. Mais je pense que “Fast Phil” est une très bonne piste à explorer.

Canyon: Bien vous êtes un coureur très rapide…
Philippe Gilbert: (Rire) C’est sur que ce n’est pas si mal d’avoir marqué “Fast Phil” sur mon vélo.

Canyon: Vous ne voulez pas un gorille sur votre vélo comme votre coéquipier André Greipel?
Philippe Gilbert: Non pas du tout.

Canyon: Phil, il me semble que vous roulez sur le Canyon Aeroad CF 9.0 Team depuis le Tour de Belgique l’an dernier… C’est votre choix de prédilection?
Philippe Gilbert: Je suis très exigeant avec mon vélo et je trouve que l’Aeroad CF est le vélo qui me correspond le plus. J’ai travaillé avec Canyon et je leur ai donné tous mes conseils pour le développement du vélo. Nous avons fait du bon travail ensemble et j’en suis réellement satisfait. C’est important que l’Aeroad possède ce niveau de rigidité tout en ayant ses qualités aérodynamiques. J’aime le design également; ça me motive de rouler sur un tel vélo.

Canyon: Après avoir terminé votre campagne des classiques printannières avec quatre victoires en proche, quel est votre programme pour 2011?
Philippe Gilbert: C’est vrai que j’ai fait une très bonne saison de classique cette année et c’est pour cela que je fait une pause actuellement comme je l’avais prévu. C’est une longue saison, mais le planning que j’ai mis en place se déroule parfaitement depuis que j’ai repris les entrainements en décembre dernier.

Canyon: Considérez-vous que vous courrez à domicile sur Liège-Bastogne-Liège ou sur la Flèche Wallonne ?
Philippe Gilbert: Même l’Amstel Gold Race se déroule très près du lieu où j’habitais en Belgique (Gilbert réside actuellement à Monaco) et je connais par cœur toutes les routes de la région. Je connais également parfaitement les tracés du Tour de Lombardie et du Tour des Flandres. Tout autant qu’un coureur qui apprend les tracés. Peut-être que je les connais un peu mieux mais nous connaissons tous les courses.

Canyon: Par curiosité, Phil, quel a été votre sentiment lorsque vous avez franchi la ligne d’arrivé de la course vos rêvese en premier, Liège-Bastogne-Liège? Qu’avez-vous ressenti?
Philippe Gilbert:Ce fut un sentiment extraordinaire, un rêve qui devenait réalité. Vous savez, c’est difficile de réaliser ses rêves. C’était vraiment unique pour moi.

Canyon: Après votre victoire à Liège, vous êtiez de retour dans votre ville natale, Remouchamps pour la soirée organisée en votre honneur par votre club de supporters. Vous avez passé de bons moments là-bas?
Philippe Gilbert:Oh que oui, Il y avait plein de monde à cette soirée, mes amis et ma famille étaient présents, c’était un très grand moment. Vraiment énorme.

Canyon: Beaucoup on remarqué que vous étiez monté sur le podium avec votre jeune fils de 6 mois Alan à l’Amstel Gold.
Philippe Gilbert: Je l’ai pris avec moi sur le podium à l’Amstel et à Liège. Je souhaite partager ces moments avec lui, même si il ne se rend pas bien compte de ce que cela représente encore, ces moments resteront de bons souvenirs pour lui quand il sera plus agé.

Canyon: Phil, quels sont vos objectifs pour le reste de la saison 2011?
Philippe Gilbert: En ce qui me concerne, toutes les courses sont importantes. Je cours pour gagner; Je ne me rendrais pas sur le Tour de France pour me battre au classement général si je n’ai pas eu le temps de me préparer pour. Mais mon but sur le Tour est de remporter au minimum une course, voir plus.

Canyon: Avez-vous étudiez le parcours du Tour de France pour repérer sur quelle étape vous alliez attaquer?
Philippe Gilbert: Oui, la troisième étape est interressante au même titre que d’autres… Je suis en train d’y réfléchir.

Canyon: Phil, après le Tour quel est votre programme? Est-il trop tôt pour dire que vous participerez au Vuelta a España, sur laquelle vous avez remporté deux étapes et mener la course en 2010?
Philippe Gilbert: C’est encore trop tôt. Je déciderai de la suite de la saison après le Tour de France.

Canyon: Qu’en est-il au sujet des championnats du monde de Copenhague? Beaucoup de gens ont vu l’affiche de l’évènement sur laquelle vous êtes avec Tom Boonen.
Philippe Gilbert: C’est pas trop mal. C’est une course pour les sprinters mais c’est pas si mal.

Canyon: Phil, vous avez remporté le Tour de Lombardie deux fois, l’Amstel Gold Race deux fois et Liège-Bastogne-Liège. Mais vous n’avez pas réussi sur le Tour des Flandres, sur Paris-Roubaix et sur Milan San Remo. Est-ce un but pour vous de remporter un jour toutes les grandes courses?
Philippe Gilbert: Oui, c’est un de mes objectifs sans aucun doute.

Canyon: Quelle est la course la plus dure à remporter?
Philippe Gilbert: Sanremo. Tous les coureurs peuvent gagner Sanremo, c’est ce qui la rend si difficile. C’est une course facile que même les coureurs les moins forts peuvent remporter avec de la chance.

Canyon: A 29 ans, plusieurs observateurs se demande si Phil Gilbert ne serait pas le succésseur de l’illustre coureur belge Eddy Merckx, devenu par la suite un coureur de Grand Tour.
Philippe Gilbert: Pourquoi pas? J’ai encore le temps de travailler là-dessus dans le futur. Je souhaite continuer à gagner des classiques mais ensuite j’espère devenir un coureur de Grand Tour.

Canyon: Combien d’années espérez-vous encore courir, Phil?
Philippe Gilbert: Oh pour un bout de temps encore, probablement jusqu’au moment où je sentirai que je ne suis plus dans le coup.

Sag uns Deine Meinung

Kommentare