Un aperçu dans les coulisses: La première journée de repos du Tour de France

Notre équipe des medias est présente en France depuis lundi. Après la première étape de course contre la montre lundi, il était temps pour une journée de repos sur ce Tour de France d’une durée de 3 semaines.
Que font les cyclistes lors d’une journée de repos? Découvrez tout ici!
Le calme n’est jamais vraiment de rigueur lors d’une journée de repos. Pour les mécaniciens, il y a beaucoup à faire, mais aussi pour les superviseurs, le directeur sport, et bien évidement, les cyclistes.

Le lever du soleil est réservé aux mécaniciens et aux superviseurs en cette journée. Les vélos utilisés pour la course contre la montre doivent être entretenus et nettoyés, et les vélos de l’équipe, eux aussi nécessitent une révision en vue du rapide entrainement de la journée de repos. Les freins et les vitesses sont-ils ajustés?
Pendant que les mécaniciens s’occupent des vélos, les superviseurs se chargent de préparer la nourriture, et tout ce qui en suit pour cet entrainement. Ils nettoient également tous les véhicules du team, ainsi que le bus, mais prennent toute fois le temps pour une tasse de capuccino.

Getränkeversorgung am Ruhetag

Pendant ce temps, les directeurs sport, cherchent l’itinéraire de l’entrainement. Denis Menchov voudrait faire un entrainement intensif dans des montées. Un autre des directeurs sport conduit un des véhicules chez un revendeur de pneus. Le Tour de France, ce n’est pas qu’une course de cyclistes. C’est presque comme un rallye pour chacun des véhicules du team. Dans de telles conditions, les pneus d’une voiture ne durent que 6 mois environ.

Neue Reifen für die Teamwagen

Les cyclistes peuvent profiter d’une légère grasse matinée en cette journée de repos. A 11heures, rendez-vous au bus du team, et les cyclistes prennent le départ pour un entrainement d’une durée de 2 heures.

Ein Blick in den Katusha-Teambus

Au total, je compte 9 cyclistes aux couleurs de l’équipe Katusha. L’un d’entre eux est Hans-Michael Holczer, Manager général du team. Les cyclistes prennent la route à bord de leurs vélos Canyon juste après 11heure, et je les rejoins. Dimitry Konyshev se trouve dans le véhicule du team derrière nous. Nous sommes partis sur un rythme reposant. Au début c’était plat. Ensuite le parcours est devenu plus rapide et plus raide.
Hans-Michael Holczer me dit sur une partie plate, ” quand le chemin devient raide, j’en fais une journée”. Nous essayons de garer le rythme avec les professionnels, mais ils sont professionnels pour de bonnes raisons. Holczer se mit au niveau du véhicule du team, et découvrait que la montée ne faisait que 7 km de long. Nous avons donc gravit cette montée a notre rythme.
Nous ne pouvions pas savoir que la montée allait nous paraître aussi longue, et surtout durant les deux premiers km.
C’est en discutant que nous sommes arrivés au sommet de la montagne, avec le sourire.

Just avant que nous n’arrivions au sommet, Denis Menchov descendait la montagne telle une bombe. Il s’était mis en tête de grimper cette montagne une deuxième fois. Quelques secondes plus tard, le reste de l’équipe nous passait devant le nez, à l’exception d’un Espagnol, et d’un Russe, qui avaient décidés de profiter d’un café pour le reste de la journée de repos.
Nous avons pédalés jusqu’à l’hôtel du team à Macon. Les macaniciens nous attendaient devant le bus pour vérifier les vélos, ainsi que de nombreux fans dans l’espoir de recevoir une casquette, ou une gourde Katusha- qui sont des souvenirs très populaires sur les gros évènements du cycle.

Les mécaniciens prennent à présent soin des vélos; Les superviseurs, eux sont chargés de récupérer les habits sales des cyclistes pour les laver, pendant que les cyclistes prennent un bain de 12 degrés, ce qui a pour but d’éliminer les toxines de leur corps.

Recovery-Bad im Teambus für Luca Paolini

Il est à présent 13h30. Les mécaniciens commencent à devenir grincheux. Ils auraient dû manger il y a plus d’une heure. Mais le travail d’abord, et après, le plaisir. Et après tout, nous attendions encore Denis qui avait décidé de s’entrainer pour deux aujourd’hui.

Après avoir mangé, il est envident à voir qu’aujourd’hui est une journée de repos. Certains rattrapent leur sommeil, alors que d’autres se font masser. L’un a besoin d’un nouveau tube de dentifrice, l’autre a quelques courses à faire en ville. Bien évidemment, la presse est présente et se bat pour obtenir une interview avec les cyclistes.

Une journée de repos en coulisses – du calme pour certains, une journée bien remplie pour d’autres.

Sag uns Deine Meinung

Kommentare